À la découverte de Geoffrey Bomy (Coach U15)

Geoffrey Bomy est le coach des U15 régionaux de l’US Palaiseau et a été un joueur important du club durant de nombreuses années. Il a connu une vie de footballeur riche, avec notamment un passage en centre de formation. Aux portes du monde professionnel, il nous raconte son histoire.

Ça me faisait vraiment plaisir d’intégrer un centre de formation. J’étais même surpris et je me demandais “pourquoi moi ?”.

Geoffrey, peux tu nous parler de ton parcours de joueur ?

Geoffrey Bomy : J’ai commencé le football à 6 ans à l’US Palaiseau. Avant ça, je jouais dans le quartier et j’ai pris ma première licence en débutant. J’ai ensuite poursuivi à l’USP jusqu’en U15.

Sur mon année U14 j’ai été repéré par l’équipe de l’Essonne, dans laquelle j’ai été sélectionné. On a fait des matchs à Clairefontaine et à ce moment là, je jouais latéral gauche. Pendant ce stage, j’ai été repéré par quatre clubs professionnels : l’AS Monaco, le SC Bastia, l’AS Nancy-Lorraine et La Berichonne de Chateauroux. J’ai été suivi par ces quatre clubs pendant toute ma saison de U14.

Ils m’ont fortement invité à faire des essais dans leurs clubs en fin de saison. J’ai fait les essais là-bas et ça s’est bien passé. Je n’étais pas du tout dans ce truc de rejoindre un centre de formation à la base mais je me suis pris au jeu petit à petit.

Après mes essais, Chateauroux me voulait, Bastia m’a recalé à cause de mon jeu de tête et Nancy me voulait plus que les autres. Après une semaine de stage à l’ASNL, j’ai signé avec le club une convention. Je quitte alors l’US Palaiseau et ma famille pendant mon année U15 pour entrer en centre de formation.

Comment a réagit le Geoffrey de 15 ans après cette signature ?

Geoffrey Bomy :  A notre époque, le monde du football n’était pas pareil, c’était, à mon sens, plus structuré et moins “vicieux” je pense. Ca me faisait vraiment plaisir d’avoir intégré un centre de formation. J’étais même surpris et je me demandais “pourquoi moi ?”.

Comment fonctionne le recrutement des jeunes en centre de formation ?

Geoffrey Bomy :  En fréquentant ce monde, j’ai appris que les clubs professionnels cherchent en réalité certains profils précis, mais pas forcement les meilleurs joueurs.

Les club pro ont tous les joueurs qu’ils ont envie d’avoir donc ils cherchent avant tout des compétences et des profils de joueurs très précis. Pour intégrer un centre, il faut forcement avoir un certain talent, un minimum de tactique, de physique et du mental. Il faut déjà être complet malgré tout avant d’être recruté.

Et une fois à Nancy, comment ça se passe pour toi ?

Geoffrey Bomy :  Au niveau des études, avec mon entrée en centre de formation, je n’ai pas fait de 4ème. L’école était intégrée au centre de formation et sans faire de 4ème, j’ai été obligé de me diriger vers un CAP-BEP vente, que j’ai obtenu.

J’ai découvert la vie de centre avec des étoiles dans les yeux. J’ai fais mon “petit bonhomme de chemin” comme on dit. Je suis un profil travailleur, ce qui m’a permis d’être capitaine des U16 nationaux, des U18 nationaux et après de la CFA. C’est un prestige d’avoir été capitaine de ce type d’équipe, je suis vraiment fier de ça !

Je n’étais pas le meilleur joueur ou le plus technique mais j’étais un leader pour mes équipes. Être capitaine à des niveaux comme ceux-là est vraiment une grande fierté.

Sportivement, j’ai eu la chance de jouer une demi-finale de Coupe Gambardella avec les U18 nationaux.

Après les U18, j’ai fait 3 ans avec la CFA (National 2 aujourd’hui). Malheureusement, je n’ai pas passé le cap du monde pro car le coach de la ligue 2, Pablo Correa, n’était pas intéressé par mon profil. Il ne comptait pas sur moi pour passer avec l’équipe professionnelle. À la fin des 3 ans, le club voulait que je continue avec l’équipe CFA mais j’ai voulu tenter ma chance ailleurs, pour espérer jouer en ligue 2 ou en National.

J’ai été approché par Sannois en National, on trouve rapidement un accord, mais 2 jours avant la signature, ils décident de recruter un latéral gauche plus expérimenté que moi. La saison été déjà bien entamée, je ne savais pas quoi faire, du coup je suis retourné à l’US Palaiseau. Je suis finalement resté à Palaiseau qui évoluait à l’époque en R1 et j’ai continué jusqu’à mes 31 ans.

Qu’est ce qu’il t’a manqué pour devenir professionnel ?

Geoffrey Bomy :  Pour passer le cap, il m’a manqué un peu de tout, du physique, de la vitesse notamment. Malgré mes belles performances en U18 et en CFA ça n’a pas été suffisant.

Il m’a également manqué un agent qui puisse agir dans mon intérêt et qui m’aurait permis de vite rebondir après mon retour à l’USP. J’ai quelques regrets à ce niveau là car je n’ai pas su gérer mon “après Nançy” et  repartir vite dans un club au niveau National. Après, quand on reste une saison, deux saisons loin du monde professionnel, c’est de plus en plus compliqué d’y revenir.

Quand deviens tu coach dans cette histoire ?

Geoffrey Bomy : J’ai passé mon diplôme d’animateur séniors à l’ASNL. Quand je suis revenu à l’US Palaiseau, j’ai commencé par prendre les U15 en 2008. J’ai fais deux années avec les U16 et après je suis resté avec U14 ou U15 que j’entraine encore.

Que peux-tu nous dire sur la catégorie U15 ?

Geoffrey Bomy : Ce sont des joueurs qui découvrent encore le football à 11 et qui ont besoin de travailler tactiquement. Ils sont très attentifs. Il y a des joueurs qui s’affirment lors du passage au football à 11 et d’autre avec qui il faut être plus patient. Car certain joueurs gèrent mieux la transition que d’autre. C’est une transition qui n’est pas simple parce qu’ils ont beaucoup à apprendre. On peut apprendre des choses durant toute sa vie de footballeur, certes, mais en U15 on apprend énormément.

Que peux tu nous dire de ton équipe U15 Régional de cette saison ?

Geoffrey Bomy : Il faut que l’on réussisse à améliorer ce qui peut l’être et confirmer les acquis. Cette année je travaille la répétition du travail sur les aspects défensifs et offensifs. Tant qu’on encaissera des buts, on perdra des matchs. Donc il faut apprendre à bien défendre. Avec le développement des jeux vidéos ou des réseaux sociaux, les générations actuelles ont tendances à penser que c’est facile de jouer au foot. Mais il faut travailler pour justement que ça le soit.

J’ai une grosse envie de travail. Même si on est dans la phase de préformation du joueur, on est engagés en compétition et je veux obtenir mon maintien cette saison. Il va falloir se maintenir pour ne pas que l’USP perde son équipe de U15 régionaux (en cas de descente).

J’ai entendu dire que tu avais participé à la création du futsal à l’US Palaiseau, est ce que tu peux m’en parler ?

Il y a 4 ans, j’ai fait le constat qu’il n’y avait pas d’équipe de Futsal à l’USP et c’est une discipline que j’aime beaucoup et que je voulais amener au club. Du coup j’ai passé un diplôme pour animer une équipe de Futsal et dans la foulée, il y a 3 ans, j’ai créé la catégorie au club.

C’est un sport à part entière qui est très complémentaire du foot à 11. Je suis très content de ce projet et j’espère qu’à l’avenir le Futsal pourra se developper à l’USP !

Et en tant que coach, quelle est ton ambition ?

Geoffrey Bomy : Je veux continuer à passer des diplômes pour à l’avenir, pourquoi pas, intégrer un centre de formation ou une belle équipe première. Comme quand j’étais joueur, en tant que coach, j’aspire toujours à évoluer et à aller de plus en plus haut. Je suis vraiment dans cette optique là et c’est comme ça que je fonctionne. Alors pourquoi pas, d’ici dix ans, intégrer un centre de formation ?!

Les Résultats du week-end : 24 & 25 Septembre

Les Résultats du week-end : 24 & 25 Septembre

Vous pouvez retrouver les résultats de l'US Palaiseau de ce week-end ainsi que les déclarations de nos coaches U15 & U18F  ! Félicitations à nos U18 qui s'imposent 3-2 face au PUC en Coupe Gambardella et continuent l'aventure !